La Wildlife Conservation Society s’associe à des entreprises d’explotation forestière en République du Congo. Les populations autochtones bayakas sont expropriées

En 1993, la Wildlife Conservation Society a convaincu le gouvernement de la République du Congo de créer le Parc national de Nouabalé-Ndoki. Celui-ci couvre une superficie de 4 238,7 km2. Le parc a été établi sans le consentement des populations autochtones bayakas, qui ont alors perdu une grande partie de leurs forêts…

Réponse de WWF aux critiques de Survival International : « La protection de notre planète consiste autant à respecter les droits des populations qui en dépendent qu’à protéger la faune»

Survival International a récemment publié un rapport intitulé « Comment allons-nous survivre ? » Survival International y décrit en détail les impacts sur les communautés autochtones des parcs nationaux, des concessions d’exploitation forestière et des zones de chasse au trophée ayant été imposés sur de vastes étendues de terres dans…

WWF et les exploitants forestiers dans le bassin du Congo : les révélations continuent

« Pour WWF, le partenariat avec les peuples autochtones fait partie intégrante de notre travail de conservation ». Cette phrase est extraite de la dernière newsletter de l’équipe forêts et climat de WWF.

Rainforest Parks and People: Observation des impacts de la conservation sur les peuples d’Afrique centrale

Rainforest Parks and People est un nouveau site interactif sur l’impact des aires protégées sur les peuples du bassin du Congo. Lancé cette semaine par la Rainforest Foundation UK, le site vise à améliorer la transparence et redevabilité des projets de conservation dans les forêts d’Afrique centrale.